Plantes d'extérieur

Rosiers : 4 conseils pour réussir leur culture

Plantation d'un rosier

De novembre à mars, les rosiers en phase de dormance se plantent à racines nues, ils ont ainsi tout le temps de s’installer pour s’épanouir l’année suivante. En dehors de cette période, lorsqu’ils sont en végétation, les plants s’achètent en conteneur : ils ont alors à être davantage arrosés à la plantation pour assurer une bonne reprise.

1. La plantation

  • Réservez à votre nouveau-venu un emplacement lumineux : 4 à 5 heures de soleil par jour sont idéales.
  • Les rosiers ont une préférence pour les sols frais, ni trop secs, ni trop humides : pensez donc au paillage.
  • Ameublissez l’emplacement choisi sur environ 1 m² pour favoriser le départ latéral des racines.
  • Prévoyez une fosse suffisamment profonde et large pour que les racines trouvent leur place, ainsi qu’une terre bien ameublie.

2. La coupe

Cueillette et nettoyage de fleurs fanées :

  • Coupez toujours au-dessus d’un œil bien formé.
  • Concernant les hybrides de roses thé, coupez très bas (aux 2/3 de la tige) pour obtenir à nouveau une fleur au bout d’une longue tige.

Taille : elle est utile pour provoquer le départ de nouvelles tiges vigoureuses. Retenez qu’elle se fait de mars à septembre. Le risque de tailler en période de dormance (hiver) étant que les jeunes pousses générées sensibilisent le rosier au froid, surtout pour les grimpants. Les gelées printanières sont d’ailleurs généralement fatales à ces jeunes pousses.

3. Au fil des saisons

Engrais : en mai-juin apportez de la matière organique ou du compost en surface, les racines se développeront plus rapidement.

Arrosages : ils doivent maintenir un sol frais, et leur fréquence est toujours proportionnelle au développement des feuilles et des fleurs. En hiver, ils ne sont donc pas utiles. Un rosier bien installé en pleine terre n’a quasiment plus besoin d’être arrosé, même en plein été. Seuls les rosiers en pot doivent bénéficier d’un arrosage régulier toute l’année

Que faire des gourmands ? Ces grandes tiges vigoureuses qui poussent de la base du plant pompent l’énergie du rosier. Si le point de départ est en dessous du point de greffe (à la base du rosier) arrachez-le. Au-dessus de ce point, il peut être conservé et taillé à 50 cm, il se ramifiera.

4. Planter un rosier à racines nues

La période de plantation des végétaux à racines nues (rosiers mais aussi fruitiers) va de novembre (le meilleur mois) à mars. Choisissez un emplacement bénéficiant d’un maximum d’ensoleillement et ne replantez surtout pas un rosier à l’emplacement d’un autre.

Creusez un trou d’au moins 40 cm en tous sens, et apportez un peu de compost. Éliminez soigneusement les pierres et racines. Raccourcissez les racines de 5 cm puis pralinez-les.

Étalez bien les racines sur une petite butte de terre fine. N’enterrez pas le point de greffe, sinon la variété greffée risque de s’affranchir du porte-greffe. Tassez légèrement et réalisez une cuvette.

Arrosez abondamment (10 l par pied), veillez à ne jamais laisser la terre s’assécher durant la première année de plantation. Buttez en régions froides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *